Actualités

Financer la rénovation performante de votre maison sans perte de pouvoir d’achat ? C'est possible !

Publié le 26/11/2021

Découvrez les 4 principales propositions de l’étude "Vers une Offre Universelle de Financement - des solutions pour financer la rénovation performante des maisons".

De nombreuses aides publiques et mécanismes privés existent pour favoriser la rénovation énergétique de votre maison individuelle : MaPrimeRénov’, Coup de pouce CEE, Eco-prêt à taux zéro… Ils génèrent plusieurs milliards d’euros d’investissement par an en France. Pourtant, ces dispositifs ont leurs limites et les propriétaires peuvent vite être perdus dans cette jungle. Plusieurs rapports d’experts (Sichel, Haut Conseil pour le Climat,...) le disent: trop complexes, trop fléchés vers les rénovations, les résultats ne sont pas au rendez-vous et l’effort devrait être concentré sur des rénovations performantes en une seule étape de travaux pour les rendre attractives tant pour les particuliers, que pour les investisseurs et pour l’Etat.

Pour répondre à cette problématique, l’Institut négaWatt et Dorémi ont commandité l’étude Vers une Offre Universelle de Financement (OUF) - Des solutions pour financer la rénovation performante des maisons, adaptées à chacun. Rédigée par Deloitte, Energies Demain et Latournerie Wolfrom Avocats, elle s’inscrit dans le cadre du programme CEE Facilaréno financé par Enalia, en partenariat avec le Ministère de la Transition Écologique et l’ADEME, et qui vise à déployer au niveau national la rénovation performante des maisons (niveau BBC rénovation ou équivalent, en une étape de travaux).

En savoir plus >

Présentation du nouveau scénario négaWatt

Inscriptions à la présentation en direct : S'inscrire

Extension du programme CEE Facilaréno : appel à financement pour 13,7 millions d’euros (1,958 TWhcumac)

Publié le 02/08/2021

L’Institut négaWatt lance un appel à financement pour le programme CEE « Facilaréno2 » (poursuite et extension du programme CEE Facilaréno). Les obligés intéressés ont jusqu’au 10 septembre 2021 à 13h pour proposer un engagement.

Le Programme Facilaréno2 constitue une extension du programme Facilaréno (mars 2019 – décembre 2021) qui a permis de mettre en place une dynamique de rénovation performante sur 65 territoires couvrant 20% de la population française, avec la mise en œuvre de 125 groupements d’artisans, 125 rénovations suivies en qualité, et un réseau de 50 formateurs-experts et de 250 animateurs et relais locaux formés à la rénovation performante.

En savoir plus sur l'Appel à financement >

Le Programme Facilaréno2 poursuit le déploiement initié par Facilaréno, avec notamment pour objectifs :

  • de disposer d’au moins 375 groupements d’entreprises constitués et formés à la rénovation performante à coûts maîtrisés des maisons (1400 entreprises impliquées), sur 85 territoires « bassins de vie » couvrant au moins 15% de la population française ;
  • d’assurer le « suivi qualité » d’au moins 875 rénovations performantes ;
  • de disposer sur ces 85 territoires d’une capacité d’accompagnement des ménages spécifique à la rénovation performante, d’une solution simplifiée de financement et d’un formateur-expert en capacité d’assurer la formation des groupements d’artisans sur chantier (350 accompagnants et relais locaux).

L’Institut négaWatt est aujourd’hui à la recherche de financeurs pour un montant maximal de 13,7 millions d’euros HT correspondant à 1,958 TWh cumac pour la période 2021-2024 au prix fixé du CEE de 7 € HT/MWh cumac. Consulter l'Appel à financement >

Planiss'Immo 2050, lauréat de l'Appel à projets "Entreprises Engagées pour la Transition Ecologique" de l’ADEME

Publié le 15/06/2021

Le projet Planiss'Immo 2050 est soutenu par l’ADEME. La subvention vient en soutien de l’industrialisation et la commercialisation de Planiss’Immo 2050 auprès des gestionnaires de grands parcs bâtis tertiaires.

Planiss'Immo rend accessible une nouvelle approche, très novatrice, pour les gestionnaires de grands parcs bâtis : donner les moyens pour construire la trajectoire de la stratégie énergétique du parc tertiaire, en clarifiant les étapes à mener sur les nombreux bâtiments pour atteindre l’objectif national de réduction de 60% des consommations du parc d’ici 2050.

Pour soutenir ce projet, et la pertinence du VOIR LOIN et AGIR MAINTENANT, nous souhaitons déployer Planiss'Immo 2050 auprès des acteurs soumis au Décret Tertiaire, collectivités publiques comme entreprises privées. Et notamment convaincre de la nécessité de se projeter à 2050, tout en intégrant les jalons 2030 et 2040, pour s’assurer de la pertinence des décisions prises sur les rénovations énergétiques, tant dans leur nombre, leur fréquence que dans leur ampleur (rénovations globales et performantes favorisées), et ceci dès maintenant ; et même avec les jalons de reporting du DT et de son dernier arrêté, positionnés en septembre 2021 et 2022.

Lettre ouverte au Président de la République : pour l'instauration d'une "obligation conditionnelle de rénovation performante"

Publié le 13/04/2021

La lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron par 60 acteurs industriels, financiers, syndicats, réseaux de collectivités, ONG plaide pour l'instauration d'une "obligation conditionnelle de rénovation performante" dans le projet de loi Climat et résilience. Parmi les principaux initiateurs du mécanisme, et signataire de la lettre, l'Institut négaWatt prône une obligation "accompagnée" et dans l’intérêt de tous constituant l'opportunité pour les Français de concilier transition climatique et sortie pérenne de la précarité énergétique.

Rendons la rénovation énergétique obligatoire
lorsqu’elle est intéressante pour les ménages :
Lire la Tribune complète

Les utilisateurs de Planiss'Immo 2050 partagent un bilan motivant et instructif de leur démarche

Publié le 10/04/2021

WebinaireLe bâtiment tertiaire engloutit à lui seul 17% de la consommation énergétique finale française, ce qui en fait l’un des domaines-clés dans la lutte contre le dérèglement climatique et la transition énergétique. La France a défini dans le Décret Tertiaire un objectif ambitieux de réduction des consommations : -60 % à 2050. Celui-ci implique d'envisager un tournant vers des stratégies énergétiques intégrant des rénovations complètes et performantes. Les premiers utilisateurs du Programme Planiss'Immo 2050 n'ont pas attendu pour se mettre en action, en février dernier, à l'occasions des Assises Européennes de la Transition Energétique, ils témoignent de leurs actions et de leurs apprentissages.

Voir la vidéo témoignage

Problème de piquages du circuit primairede l’EPR de Flamanville

Publié le 05/04/2021

L’annonce par EDF puis par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), les 4 et 16 mars 2021, d’un nouveau problème de sûreté concernant l’EPR de Flamanville soulève une nouvelle fois des questions sur la maîtrise des démarches de sûreté et leur contrôle. Outre émailler la confiance que l'ASN se doit d’apporter au public, ces défaillances viennent conforter l’idée que nous sommes confrontés à une «crise systémique de la sûreté».

Lire la note détaillée

Loi Climat : une telle redéfinition de la "rénovation performante" serait climaticide

Publié le 28/03/2021

Webinaire

La loi Climat et Résilience, telle qu’amendée en commission spéciale de l’Assemblée nationale, définirait comme “performante” une rénovation permettant au bâtiment d’atteindre la classe C voire D du DPE. Si jusqu’à présent les rénovations performantes étaient associées à une consommation moyenne de 80 kWhep/m²/an (étiquette A ou B du DPE), l’amendement 5360 propose désormais des seuils de consommation jusqu’à 3 fois plus élevés (respectivement 180 et 250kWhep/m²/an).

Alerte: définition de la rénovation performante > Lire la note de décryptage

Un collectif de 13 acteurs du monde économique, de l’environnement et de la précarité appelle les Parlementaires à proposer en séance publique l’adoption d’une définition en phase avec les propositions de la Convention citoyenne pour le climat, la définition de référence de l’ADEME, le rapport d’Olivier Sichel et la trajectoire fixée par la SNBC.

Consulter le Communiqué de Presse

 

Les mesures de renforcement du parc nucléaire français, dix ans après Fukushima

Publié le 11/03/2021

Webinaire

Extrait du nouveau rapport Expertise nucléaire et fossiles Bilan des prescriptions issues de la démarche post-fukushima et de leur mise en œuvre sur le parc nucléaire en service

Les démarches engagées après la catastrophe de Fukushima pour réévaluer la sûreté des installations nucléaires françaises s’inscrivaient dans la perspective d’intégrer ce retour d’expérience en une dizaine d’années. Dix ans après cet accident, cette intégration reste limitée.

Si le processus engagé dès 2011 par la réalisation des évaluations complémentaires de sûreté(ECS) a débouché sur un programme ambitieux de prescriptions, celui-ci tarde considérablement dans sa mise en œuvre.

Les actions de renforcement à court terme, symbolisées par la Force d’action rapide nucléaire(FARN), sont pour l’essentielcomplètement déployées, mais d’autres ont été retardées, comme la construction des diesels d’ultime secours achevée en février 2021 avec plus de deux ans deretard, et d’autres surtout ne sont pas encore mises en œuvre. C’est notamment le cas d’un certain nombre de dispositions relevant du «noyau dur», c’est-à-dire l’ensemble de moyens robustes destinés à garantir, même dans des conditions extrêmes, les capacités de refroidissement et de maîtrise de l’accident grave. Ellesne seront déployées qu’au fil des réexamens périodiques des réacteurs, et ne seront donc pas complètes pour l’ensemble du parc, dans le meilleur des cas, avant la deuxième moitié des années 2030.

Cette dérive, difficile à suivre en raison de la dilution progressive du processus dans les procédures réglementaires classiques et de l’absence de tableau de bord public, ne répond ni à l’engagement initial de mettre ces renforcements en œuvredans les meilleurs délais, ni à la perspective d’en faire une condition préalable à la prolongation de fonctionnement des réacteurs au-delà de 40ans.

Consulter le rapport →

 

Actualités